La Motte-Bossut de Leers

Sauver le patrimoine industriel de Leers en métamorphosant son ancienne filature.

Plutôt que de raser l’essentiel de la Motte-Bossut pour une zone résidentielle, Regard Naïf propose d’en faire un lieu intergénérationnel et doté de multiples activités. Une façon de renouer avec le dynamisme de cet endroit qui a vu passer tant de générations d’ouvriers.

L’essentiel du patrimoine existant serait préservé et même complété, les nouveaux bâtis étant conçus dans une continuité narrative. Transformé en monument de vie, ce futur site retrouverait une nouvelle splendeur et mettrait la commune de Leers à l’avant-garde d’un nouveau souffle architectural, sensible au beau et soucieux de ce qui sera légué aux générations futures.

Le document explicatif : Regard Naïf – Projet la Motte-Bossut de Leers.pdf

La Chapelle Saint-Joseph de Lille

Février 2021, la chapelle attenante au collège Saint-Paul de Lille succombait sous les pelleteuses.

Malgré une mobilisation exceptionnelle, une partie essentielle de l’œuvre architecturale d’Eugène Mourcou est détruite ou directement menacée : sa chapelle, mais aussi potentiellement son théâtre et son immeuble rue Vauban. A leur place, un cube de béton qui étend le campus et dont la conception ne résistera pas aux siècles.

Comment croire qu’ériger des murs sans identité, illustrant la marche forcée d’un monde standardisé et court-termiste, éveillera les futurs étudiants de ce campus ? Pourquoi ne méritons-nous plus d’ouvrages de qualité, longuement façonnés à travers les âges par des artisans soucieux de transmettre le meilleur aux générations futures ?

La solution était pourtant simple : donner la priorité au beau et préserver ce qui est bien conçu. Il est naturel que les usages évoluent : cette chapelle désacralisée aurait pu si facilement se transformer en bibliothèque, en espace de travail, en auditorium… Quant aux nouvelles extensions de ce lieu d’exception, il fallait avoir l’humilité de considérer le génie environnant et de s’en inspirer, dans un souci d’harmonie, au lieu de le transgresser avec un nivellement par le bas.

Le Café Heineken Hoek d’Amsterdam

Réincorporer le Heineken Hoek dans le paysage amstellodamois.

La rénovation du Heineken Hoek de Leidseplein met à mal le centre historique d’Amsterdam. De par son style mondialiste, le projet choisi jure avec le reste du quartier.

Répondant à l’appel du collectif ArchitectuurOmslag (Architecture Rebellion Pays-Bas), Regard Naïf propose une alternative plus respectueuse de l’identité de ce lieu avec une esthétique comprise de tous.

Il s’agit d’utiliser les matériaux traditionnels de l’architecture amstellodamoise et de prolonger le style du quartier, en s’appuyant notamment sur l’identité de l’immeuble mitoyen. De par son nom, le Heineken Hoek fait référence à la marque éponyme. Il semble donc cohérent d’y mettre en avant son identité brassicole. Au niveau de l’espace restauration, la couleur vert foncée et le blanc rendent hommage à l’ancien bâtiment démoli en 2021.

Le dossier du projet alternatif :
Regard Naïf – Heineken Hoek FR.pdf (version française)
Regard Naïf – Heineken Hoek EN.pdf (version anglaise)

La Tour Montparnasse

Réenchanter le quartier Montparnasse avec une tour métamorphosée et le bâtiment historique de la gare reconstruit.

1970, la gare historique est détruite pour faire place à un centre commercial et une tour, décalant de 400m la gare actuelle. Aujourd’hui, un important projet de rénovation compte refaire l’intégralité des façades de la tour Montparnasse ainsi que son centre commercial attenant. Des années de travaux coûteux financièrement, écologiquement, et pour les riverains. Pour un résultat très proche de l’existant, dont l’esthétique est tant décriée depuis 50 ans.

Regard Naïf fait le pari d’une refonte complète de la façade de la tour dans un éclectisme d’Art Déco, de gothique, de romantisme et d’utopie. Enrichie par des bâtiments secondaires pour réduire son effet monolithique. Devant, le bâtiment historique reconstruit dans sa version de 1863, replaçant sa majestueuse façade dans l’axe de la rue de Rennes.

Le quartier Montparnasse, si bien situé, devrait être un lieu de rencontres et non un simple lieu de passage. La gare routière deviendrait souterraine, libérant l’espace d’un nouveau jardin concrétisant le Mont Parnasse. Sur tout le site, un grand espace piéton accessible pour flâner et découvrir des originalités, comme des statues en art polygonal symbolisant le vivant.

L’enjeu est à la fois culturel et écologique. Culturel car le besoin de réenchantement a rarement été aussi nécessaire dans nos sociétés. Les choix nihilistes ont assez ravagé nos villes et le bien-être des citadins. Écologique car si rénovation il y a, elle se doit d’être la dernière. Toute rénovation répétant les mêmes erreurs en appellerait logiquement une suivante, causant un immense gaspillage. Pour durer, il faut donc un choix esthétique faisant la fierté des parisiens. Avec quelques astuces contre les canicules, comme le choix de façades blanches et des fenêtres réduites. Et un vrai jardin.

Le dossier du projet alternatif : Regard Naïf – Livret projet Montparnasse.pdf

  

La salle de culte Copernic

Sauver un témoignage unique de l’Art Déco synagogal français promis à la démolition.

La destruction ferait place à un nouveau centre communautaire, avec le choix assumé d’une architecture ostentatoire. Pour ses promoteurs, il s’agit d’augmenter la surface plancher, permettre un meilleur accueil (notamment avec un ascenseur), et une terrasse donnant sur le bassin de Passy environnant. Murée sur sa façade sud et sans fenêtre ouverte, elle obligerait à un recours exclusif à l’air conditionné et à l’éclairage artificiel.

Si les motivations fonctionnelles peuvent s’entendre, détruire le patrimoine n’est jamais une solution. Regard Naïf a donc réfléchi à une contre-proposition reprenant l’ensemble des exigences et les surpassant même avec une terrasse donnant sur la Tour Eiffel, et des intérieurs naturellement lumineux et ouverts. Le corps historique serait conservé dans son intégralité, les ajouts remplaçant la surélévation des années 70 et l’atelier mitoyen. La façade prolongerait l’existant avec des clins d’œil multiples à la salle de culte, affirmant le style Art Déco du site.

La pétition : Change.org/SauvonsCopernic
Le dossier du projet alternatif : Regard Naïf – Livret projet Copernic.pdf

  

Le pôle Gare d’Austerlitz

Une vision pour le projet Austerlitz Gare – Rive Gauche.

Alors que le projet validé prévoit un mur de béton de 300 m de long, écrasant tous les alentours et pour une place du végétal très symbolique, Regard Naïf fait la part belle au bien-être des parisiens dans sa vision qui divise par trois l’emprise du bâti au sol, crée un nouveau parc parisien, et offre un grand espace de vie dénué de toute voiture.

Le bâti doit respecter la continuité de ce quartier historique : façades en pierre de taille alignées au bâtiment de la Gare d’Austerlitz et style reprenant le fil de l’architecture parisienne. Plutôt qu’un gigantesque pôle commercial et de bureaux qui détruirait les commerces environnants, faisons des lieux dédiés à la vie : activités de quartier, commerces en nombre raisonnable, restaurants, expositions, concerts, théâtres. Le tout entouré de verdure dans ce futur poumon de Paris qui n’attend que votre mobilisation pour se concrétiser !

Soyons acteurs de notre ville, c’est notre patrimoine !
La pétition : Gare d’Austerlitz : une cité-jardin plutôt qu’une barre
Le dossier du projet alternatif : Regard Naïf – Projet Austerlitz.pdf

Comparaison des bâtis des différents projets
[360°] Arrivée Ligne 5 RATP

La Villa Idéale

La Villa Idéale est un poème architectural qui réveille nos imaginaires, avec le désir de bâtir un avenir beau. Car nos édifices racontent notre époque et il est temps de faire émerger une nouvelle narration de ce qui deviendra un jour patrimoine.

Son style avant-gardiste aborde le monde des fleurs et des ronces, débordant de couleurs, tiraillé entre ordre et complexité. C’est une allégorie de la vie où se mêlent directions et errements, tendresses et blessures, mais où le vœu de félicité reste omniprésent.

Ses formes et couleurs peuvent déstabiliser l’œil adulte, normé depuis trop longtemps par son quotidien. Elles s’adressent à la naïveté qui sommeille en chacun dans un message onirique.

Le nom de cette villa rend hommage à l’œuvre du facteur Cheval, Le Palais Idéal, monument de l’architecture naïve.

Le document explicatif : Regard Naïf – livret La Villa Idéale.pdf